29 FÉVRIER 2012

  • Un film de  John Shank
  • Avec Vincent Rottiers, Anaïs Demoustier, Florence Loiret Caille
  • Catégorie Drame
  • Durée 103 min
  • Langue Français
  • Réalisation John Shank
  • Scénario John Shank
  • Directeur de la photographie Hichame Alaouie, Antoine Parouty
  • Montage Yannick Leroy
  • Costumes Marie Morel
  • Musique DAAU - Die Anarchistische Abendunterhaltung

Télécharger

L'Hiver dernier

Quelque part sur un plateau isolé. Johann a repris la ferme de son père. Il y consacre tout son temps et toute son énergie.

Aux portes de l'hiver, l'équilibre fragile de son exploitation est menacé.

Johann se replie sur lui-même, fuit les êtres qui l'entourent. Prisonnier de son héritage, il continue à accomplir les mêmes gestes et tente d'aimer comme il peut l'univers dans lequel il vit, au moment même où ce monde est sur le point de disparaître.

"Une mise en scène élégante. Vincent Rottiers confirme son charisme brut. Sans conteste, le grand acteur de demain"  (PREMIERE)

"Vincent Rottiers incarne à la perfection le mutisme buté de celui qui refuse d'abandonner. Le réalisateur cherche, par le contraste entre le minimalisme de son récit et l'amplitude de sa mise en scène, à atteindre l'universel, questionnant le rapport en l'humain et l'immensité du Monde. Dès lors, c'est vers les premiers Malick que l'on cherchera l'influence la plus forte : une influence que John Shank porte fièrement"  (LES FICHES DU CINEMA)

"Le cinéaste signe une fiction envoûtante" "Etonnant premier film" "Une des excellentes surprises du moment."  (POSITIF)

"C'est un premier film, beau comme un requiem." (MARIANNE)

"L'Hiver Dernier est un bijou de sobriété et d'âpreté." (SUD OUEST)

"La moindre scène donne lieu à une série de plans grandioses." (LE MONDE)

"Une approche de l'espace rural jamais empesée par une nécessité de se rengorger d'images typiques de la "France profonde", mais portée par une recherche de motifs de cinéma, par la croyance que ces gestes et ces décors réels sont aussi porteurs d'histoires à  raconter."  (CRITIKAT)

"Pour son premier long métrage, John Shank réalise un film poétique pour décrire un monde agricole en perdition."  (LA CROIX)

"Peinture sombrement lyrique de la fin du monde, ce premier film témoigne d'un beau sens de l'espace et de la nature."  (LE FIGAROSCOPE)

"John Shank célèbre l'espace à force de magnifiques plans mélancoliques. Un choix radical inspirés de ses maîtres, John Ford et Terrence Malick."  (L'EXPRESS)